Signature CDT de Sénart

SÉNART. LE CONTRAT DE DÉVELOPPEMENT TERRITORIAL (CDT) VIENT D’ÊTRE SIGNÉ
La ville nouvelle a enfin sa feuille de route d’ici à 2027
M.L. | Publié le 26 déc. 2013, 07h00
RÉAGIR
Savigny-le-Temple. Le contrat de développement territorial n’a pas été
signé par toutes les villes, notamment à cause du report de projet de gare
TGV. (DR.)
Après plusieurs mois de travail et de polémique, le contrat de
développement territorial (CDT) de Sénart a enfin été signé il y a
quelques jours par huit villes de Seine-et-Marne (Savigny,
Lieusaint, Moissy, Combs, Vert-Saint-Denis, Cesson, Nandy et
Réau), une de l’Essonne (Saint-Pierre-du-Perray), le SAN de
Sénart en Seine-et-Marne, les conseils généraux du 91 et 77 et le
préfet de région. Les villes de Tigery (Essonne), Saintry-sur-Seine
(Essonne) et Morsang-sur-Seine (Essonne) et le SAN en Essonne
ont choisi de ne pas ratifier le document, dénonçant un manque
de concertation et d’aides financières pour les villes concernées,
et estimant que le texte est quasiment caduc car il est bâti autour
du projet de gare TGV à Lieusaint. Un projet qui vient d’être
reporté au-delà de 2030. Mais le CDT reste lourd d’enjeux. Il
impose à ses signataires des objectifs à réaliser d’ici à 2027 :
construire 1050 à 1200 logements par an (soit plus de
15000 nouvelles habitations), créer 1 200 à 1 500 emplois chaque
année (soit plus de 20 000 postes supplémentaires), développer
un pôle d’excellence autour de l’innovation logistique (ce secteur y
fait déjà travailler 7 000 personnes, soit 18% des emplois locaux)
en élevant le niveau de qualification et en diversifiant le type
d’activité pour sortir du « tout manutentionnaire ». Le CDT
révisé d’ici fin 2014 Il impose aussi d’inscrire Sénart dans une
démarche de développement durable, de valoriser son patrimoine
naturel et rural, de renforcer l’accessibilité de Sénart et du sud-est
de l’Ile-de-France en s’appuyant sur le projet de gare TGV. Celuici
a été repoussé au-delà de 2030. Or, une majeure partie du CDT
est bâtie autour de ce projet, ce qui inquiète les détracteurs du
texte. La porte reste toutefois ouverte aux non-signataires
puisque le CDT sera révisé d’ici à fin 2014 « pour permettre à
d’autres communes qui le souhaiteraient d’adhérer à ce contrat »,
précise l’Établissement public d’aménagement (EPA) Sénart.