Rap Moral 2015 2016

RAPPORT MORAL 2016

 

L'A.D.E a 45 ans,  un bel age pour une modeste association de défense de l'environnement qui  est toujours restée à l'écart  des débats politiques et partisans.

Ses fondateurs se sont lancés contre le projet défendu par la Chambre de Commerce et d'Industrie (C.C.I) de Melun visant à porter à 75 000 mouvements /an le trafic aérien sur l'aérodrome de Melun Villaroche. Il s'agissait de s'opposer à cette aberration consistant à développer un aérodrome  aux portes d'une ville nouvelle qui se voulait une « Ville Verte à la Campagne ». Toute la population dépendant du Melun Sénart de l'époque s'est évidemment sentie concernée et a soutenu nos actions, comme elle l'a toujours fait, qu'il se soit agi de lutter contre la création de communes dortoirs, contre le survol par les avions d'Orly – on se souvient des manifestations à Paris –, pour le respect des terres agricoles saccagées par une urbanisation galopante, contre les premiers entrepôts, que l'on n'appelait pas encore  logistiques, qui allaient se multiplier et devenir de taille XXL pour reprendre une expression maintenant courante.

 

 Et puis Melun Sénart est devenu le San de Sénart 77  lui-même devenu l'Agglomération de Sénart, une "Agglo" qui (nous) restait suffisamment proche même si sa gestion s'éloignait de plus en plus des résidents avec le recours à des  cabinets d'Étude, présentant des projets difficilement amendables. C'est dans ce contexte  que quatre associations sénartaises (A.D.E, ADIR, ARNASSEN et D.D.N.A ) ont fondé Sénart Citoyen 21 (SC 21)

 

Et à présent, que se passe-t-il avec la nouvelle organisation territoriale qui a été véritablement imposée sans débats, sans aucune consultation et même au mépris des arguments de ceux qui s'y opposaient

On en arrive au gigantisme de G.P.S-S.E.S (337 000 habitants, 24 communes, un Conseil Communautaire de 76 membres, une répartition des lieux de décision entre Courcouronnes et Lieusaint.  Pour rester au contact du terrain qui leur échappait, les responsables associatifs ont fondé Grand Paris Sud Éco-Citoyen (G.P.S.E) regroupant les quatre associations ci-dessus de SC 21 et quatre associations essonniennes.

 

Que devient l'A.D.E  en tant que telle dans ce grand chambardement ?

Les membres du Comité de Direction ne sont plus que SIX, pas toujours suffisamment présents ou actifs compte tenu de leur âge, de leurs obligations professionnelles ou de leurs contraintes familiales. Et la relève tant espérée depuis des années ne vient pas, alors que les dossiers sont de

 

plus en plus nombreux, lourds et volumineux (le Grand Stade de Rugby, l'aménagement du Cirque de l'Essonne, le Parc de l'A5, la menace toujours renouvelée d'un accroissement du trafic sur l'aérodrome de Villaroche). Chacun le comprendra : plus le territoire est vaste et peuplé plus les réunions sont nombreuses,  nécessitant des déplacements à travers la Communauté d'Agglomérations G.P.S-S.E.S.

 

Dans ce contexte complexifié, nos adhérents -dont l'effectif est malgré tout en baisse au fil des ans - restent néanmoins en nombre suffisamment important pour que l'A.D.E soit  respectée et tenue pour une interlocutrice valable. Leur fidélité nous va droit au cœur. Sans leur confiance, que nous espérons n'avoir jamais trahie, nous n'aurions pas pu continuer.

Il nous faut néanmoins absolument élargir notre audience. Nous avons régulièrement tenté 

- mais sans succès- de trouver de nouvelles bonnes volontés qui auraient pu devenir des animateurs au sein du Comité de Direction, redonner  entrain et enthousiasme aux "anciens", et même prendre des postes à responsabilité.

 

Ce rapport moral ne cherche, Madame, Monsieur, qu'à vous informer de la situation, et nous allons le diffuser le plus largement possible pour qu'il atteigne le plus grand nombre de personnes .

Pour votre part, nous vous proposons de faire quelques photocopies de ce Rapport moral et de les communiquer à vos proches, à vos contacts, à des voisins, à des amis, qui à leur tour feront des photocopies, etc., etc., selon le procédé bien connu et efficace de la « boule de neige ».

Les SIX membres du Comité de Direction de l'A.D.E ne souhaitent en aucune façon la fin de l'Association. Ils ont  seulement besoin d'une relève, persuadés qu'il existe, dans les huit communes de son ressort, une dizaine de personnes soucieuses de sauvegarder  leur cadre de vie et leur environnement, capables de prendre les rênes de notre estimable et honorable association, qui dispose d'une trésorerie solide et saine, d'une organisation qui a fait ses preuves au cours du temps. Merci de votre attention.

 

 

Pour que le progrès n'oublie pas l'Homme

Pour que le progrès n'oublie pas la Vie