ENQUÊTE PUBLIQUE SUR MOISSY ET RÉAU A PARTIR DU 24 SEPTEMBRE 2012

DEMANDE D'AUTORISATION D'IMPLANTATION D'UN NOUVEL ENTREPÔT DE MATIERES COMBUSTIBLES SUR MOISSY-RÉAU. Après avoir vu le dossier sur Moissy et Réau ainsi que le commissare enquêteur, vous pouvez lire en dessous de cette affichage ce que l'ADE a mis sur le dossier.

 

 

 

Nous apprécions la présentation du dossier, un  dossier très clair, donc très facilement consultable, ce qui représente une notable amélioration en comparaison avec la plupart des dossiers qui sont habituellement soumis à enquête publique.

 

 

Ce qui pose problème.  (Pour plus de clarté, nous  distinguerons le bâtiment de sa future exploitation.)

 

A. Le bâtiment :

 

1. Pourquoi le permis de construire est-il déjà délivré, et pourquoi des travaux de terrassement ont-ils déjà commencé sur le site alors que l'Enquête publique n'est pas close.

 

2. Sachant que Sénart va désormais évoluer dans le cadre d'un Contrat de Développement Territorial (CDT) et que l'un des objectifs de ce Contrat est de développer localement  un pôle d'excellence logistique orienté vers de nouvelles formes de distribution, nous affirmons que le bâtiment tel qu'il est prévu de le construire n'est pas tourné vers un avenir d'excellence.  Ainsi :

a) Est-il  certifié  HQE, et BBC ? Nous n'en avons pas trouvé trace dans le dossier

b) Le choix de chaudières à gaz pour chauffer l'ensemble n'est pas judicieux et est en passe de devenir très onéreux dans un premier temps, puis obsolète. Compte tenu de l'énorme superficie des toitures de l'entrepôt , nous disons que l'occasion était donnée d'avoir recours à l'installation de panneaux  photovoltaïques en toiture comme cela est généralement préconisé et de plus en plus réalisé (Cf. Prologis ...) ;

c) La taille de l'entrepôt - 62 000 m2 – ne correspond pas à la taille moyenne d'un entrepôt nouvelle génération, laquelle se situe plutôt vers 25 000 m2. Cela entraîne une consommation excessive d'espace foncier (143 382 m2 !) alors que la tendance est à la modération dans ce domaine et qu'il est préconisé des bâtiments à étages. Cette emprise foncière énorme est à déplorer.

 

B. L'exploitation du site

Remarque: Les observations ci-dessous sont toujours formulées dans l'optique de la logistique d'excellence du Contrat de Développement Territorial local :

 

a) Nous constatons que l'utilisation de l'embranchement fer et le tonnage susceptible de transiter par ce moyen de transport ne sont ni mentionnés, ni évalués, alors que les données fournies dans le dossier relativement au transport routier permettent de calculer le tonnage qui transitera par la route quand on connaît le nombre de camions (200/jour) et la charge utile moyenne d'un camion. Pourquoi ce manque de précision ?

 

b) Nous lisons que  le trafic routier généré (Partie 1 – page 17) prévoit 1040 mouvements de véhicules/jour dont 400mouvements de camions, ce trafic pouvant emprunter les nouvelles structures routières prévues dans le cadre de la ZAC du Parc de l'A5a. Mais quand ces nouvelles infrastructures seront-elles réalisées, en particulier le giratoire vers le milieu du RD57 ?  L'E.P.A Sénart s'est-il engagé sur  un calendrier ? En attendant, nous voudrions que soient précisés les itinéraires de circulation qu'il est prévu de suivre, sachant que la Francilienne et l'A6 sont très souvent saturées. Nous demandons  que soit jointe au dossier une étude de trafic.

 

c) Pourquoi faire référence aux aéroports d'Orly et de Roissy ? Cela signifie-t-il  que du fret sera acheminé par voies aériennes ? Dans cette éventualité, nous récusons, parce que cela est notoire, l'assertion selon laquelle Orly et Roissy sont respectivement à 20 et 40 minutes de l'entrepôt. Que des études de trafics soient faites, et jointes au dossier

Remarque: L'aérodrome de Villaroche est, lui, situé à 4km à l'est de la plate-forme, donc très proche dans l'espace et dans le temps. Nous demandons qu'un engagement écrit et officiel soit pris, aux termes duquel il sera précisé que les pistes de cet aérodrome ne seront jamais utilisées à des fins de transport de fret ou autres.

 

d) La destination finale (Partie 2 – page 42) et les futurs locataires ne sont pas connus.  Dans ces conditions, est-il possible de prendre, à priori, des dispositions légales telles que toute demande future de classement en SEVESO, seuil bas et haut, soit impossible.

 

 

Compte tenu des remarques et observations ci-dessus,

et dans l'attente de réponses satisfaisantes à nos questions,

nous donnons un AVIS DÉFAVORABLE au projet.